SantéLégislation
07.15.2020

Ai-je le droit de faire couper la queue de mon chien ?

La coupe de queue, encore appelée caudectomie, est interdite en Suisse depuis le 1er juillet 1997. Il est même interdit d’importer sur le territoire national un chien dont la queue et/ou les oreilles ont été coupées ! La queue constitue le prolongement du corps, elle est composée d‘un nombre variable de vertèbres selon les races et les individus.

Pour quelles raisons faisait-on couper la queue des chiots ?

Historiquement, on coupait la queue des chiens de travail et d’utilité. La queue était considérée comme une faiblesse pour un chien de garde car elle constitue une prise facile. Les chiens de chasse ou de troupeau peuvent se prendre la queue dans des ronces et se blesser. Certains chiens d’arrêt auraient également tendance à se mordre la queue entre eux. La queue étant peu vascularisée, elle cicatrise donc difficilement. Toutefois, la plupart des chiens qui subissent une caudectomie ou une otectomie sont des animaux de compagnie, et la seule motivation des éleveurs ou propriétaires est aujourd’hui esthétique.

Pourquoi ces règles strictes ?

La coupe de la queue, comme celle des oreilles, porte atteinte au bien-être des individus qui subissent ces procédures. Elle est en effet douloureuse, malgré le jeune âge de l’individu : elle était auparavant pratiquée avant les 5 jours du chiot, avec peu ou pas d’anesthésie préalable. Le risque d’infection est également bien présent. Il n’est donc pas éthique de couper la queue d’un chiot pour satisfaire à l’esthétique, qui est elle-même très subjective. De plus, l’absence de queue empêche le chiot de s'exprimer. Tout comme un chien anoure, c’est-à-dire né sans queue sous l’action d'une mutation génétique, ne bénéficiera pas de ce biais de communication avec ses congénères. Cela crée un handicap social réel pour le chien. Le propriétaire aura également plus de mal à interpréter les émotions de son chien. La queue du chien remplit également une fonction de balancier, bien que moins prononcée que dans d’autres espèces.

Que recouvre cette interdiction ?

Il est interdit de proposer à la vente, de vendre, d’offrir ou de présenter en exposition des chiens dont la queue et/ou les oreilles ont été coupées, et ce quelle que soit leur origine. Bien-sûr, si des raisons médicales le nécessitent, l’amputation de la queue est tolérée. Toutefois, un certain nombre de justificatifs vétérinaires sont exigés, notamment une explication rédigée par le vétérinaire attestant des circonstances ayant conduit à la nécessité d’amputer et une photographie de la blessure ou de la maladie avant amputation. Toute personne contrevenante s’expose à une procédure pénale inscrite au casier judiciaire assortie d’une amende. Si l’animal a été introduit illégalement, il peut être expulsé du territoire.

Les chiens anoures ou brachyoures, nés respectivement sans queue ou avec une queue très courte, sont testés génétiquement pour que la différence soit faite avec des chiens amputés.

Est-il tout de même possible de voyager en Suisse avec un chien dont les oreilles et/ou la queue ont été coupées ?

Oui, mais il faut prendre bien soin de réaliser une déclaration auprès du service de douane. De même, il est possible d’emménager en Suisse avec un chien écourté.