Loisirs
07.15.2020

Les jeux du chien

Le jeu représente une importante part du budget-temps du chien en activité, et encore plus chez le chiot qui passe jusqu’à 90% de son temps d’activité (c’est-à-dire hors sommeil) à jouer. Le jeu est le témoin d’un chien bien équilibré. Il permet le défoulement physique et mental. De plus, il est nécessaire aux apprentissages du chiot.

Dans le jeu, le chien exagère ses postures et ses mouvements, contrôle ses griffures et morsures, saute et court dans tous les sens… Un chien peut jouer seul, avec d’autres chiens (et d’autres espèces aussi) ou encore avec ses maîtres.

On peut distinguer chez le chien des conditions d’entrée et de sortie du jeu :

  • Entrée : posture d’appel au jeu caractéristique avec l’avant du corps en position basse, les pattes antérieures pliées contre le sol et l’arrière du corps en position haute, pattes postérieures tendues, queue haute et agitée.
  • Sortie : fatigue ou douleur, notamment chez le chiot.

Il y a plusieurs formes de jeux :

Jeux individuels :

Cela peut être de la course, sans objet, ou alors le chien qui attrape un jouet, court avec et le laisse tomber puis roule avant de courir le récupérer et de recommencer.

Jeux entre chiens :

Le jeu entre des chiens peut paraître brutal mais c’est normal et cela reste de l’amusement (lorsque les signes de peur, de stress ou d’agressivité sont absents). On peut alors observer un jeu de poursuite, où un chien est poursuivi par un autre, et ensuite les rôles s’inversent ; mais aussi un jeu de combat, qui permet au chiot d’apprendre à contrôler ses mouvements et notamment sa morsure et ses griffures. En effet, dans le cas où un chiot pince trop fort et fait mal à son camarade de jeu, le chiot mordu s’en va et le jeu s’arrête. Enfin, il peut y avoir de la compétition pour un objet par exemple quand deux chiens s’affrontent pour un bâton.

Jeux chien-humain :

On retrouve dans une certaine mesure les types de jeux entre chiens (poursuite, combat et compétition). Il y a également :

  • Jeux de rapport : balle, frisbee…
  • Jeux cognitifs : recherche de friandises cachées sous un tapis, enfouies sous des galets…
  • Sport : canicross, agility, dog dancing…
  • Apprentissage de « tours », permettant une dépense intellectuelle en plus d’une dépense physique : faire le mort, maintien d’un objet en équilibre sur la tête, etc.

Ainsi, il y a des jeux et des objets qu’il est bon d’avoir chez soi. Ce sont surtout des objets permettant l’activité masticatoire, surtout à l'âge de 3-4 mois lorsque le chiot fait ses dents et a mal aux gencives :

  • Os : frais et cru, surtout pas cuit car la cuisson rend les os cassants et peuvent blesser l’animal (perforation de l’œsophage, de l’estomac…). Préférez des os de grosse taille et surveillez votre chien pendant qu’il joue avec. En plus d’occuper votre chien, un os frais permet d’apporter du calcium, du phosphore et de prévenir l’apparition du tartre.
  • Panse séchée, bois de cerf
  • Jouets en caoutchouc : creux où l’on peut mettre des friandises, ou plein. Si votre chien a tendance à détruire tous les jouets en une journée, la marque Kong est reconnue pour sa robustesse et sa longévité.
  • Jouets à rapporter : balle, frisbee…
  • Des peluches peuvent également être de très bons jouets, utilisées comme doudou ou comme proie…

A noter que les jeux les moins sophistiqués sont souvent les plus intéressants. Enfin, il faudra toujours veiller à acheter des jeux solides, durables, adaptés à la taille de votre chien et non dangereux en cas d’ingestion (ex : pas de plastique).