Education, Comportement
06.25.2020

Mon chat est malpropre, que faire ?

La malpropreté est le premier motif de consultation en médecine du comportement chez le chat. Il est cependant indispensable, avant d’incriminer toute cause comportementale, d’éliminer une cause organique, c’est-à-dire liée à une maladie responsable d’une incontinence urinaire ou fécale. Dans ce dernier cas, l’émission d’urines et de selles est souvent augmentée, parfois douloureuse et peut révéler un changement de couleur des urines. Des examens complémentaires chez le vétérinaire sont alors indispensables afin de déterminer la cause de cette affection.

Lorsque la cause organique est écartée, il est alors possible de se concentrer sur une origine comportementale. La malpropreté peut alors être fécale ou plus fréquemment urinaire. Le premier objectif est de caractériser l’origine de la malpropreté en distinguant le marquage et l’élimination.

Le marquage urinaire est un comportement normal chez de nombreuses espèces. Sa principale fonction est la communication avec d’autres individus, l’animal signalant ainsi sa présence. Les chats ont donc tendance à marquer leur territoire, à l’intérieur comme à l’extérieur, afin de communiquer avec les autres chats présents dans le foyer ou dans le quartier. Le marquage est souvent exacerbé lorsque plusieurs chats vivent au sein du même foyer, d’autant plus s’ils n’ont pas accès à l’extérieur. Lors du marquage, le corps du chat est dressé, sa queue est relevée et seulement quelques gouttes sont déposées, sous forme d’urine ou de sécrétions huileuses et visqueuses. Les lieux de marquage privilégiés sont les surfaces verticales dans les lieux de passage ainsi que des surfaces telles que le lit où le canapé, riches en odeurs. Le marquage est un comportement gênant dont les possibilités thérapeutiques sont limitées. La stérilisation de l’animal pourrait diminuer le marquage puisque celui-ci est exacerbé par les hormones sexuelles. Il existe également des diffuseurs de phéromones apaisantes dont l’efficacité est inconstante selon les individus mais pas inexistante.

L’élimination urinaire est également un phénomène naturel, ayant pour fonction la vidange de la vessie. En dehors de la litière, les lieux privilégiés par les chats pour cette élimination sont les substrats moelleux imprégnés d’odeurs, comme les vêtements ou les lits. Lors de l’élimination, le chat est accroupi, sa queue est horizontale et une grande quantité d’urine est déposée. Dans la majorité des cas, la malpropreté par élimination est due à une litière souillée, qui doit être nettoyée plus fréquemment. Il se peut également que la litière soit mal placée dans la maison, trop petite ou que le substrat ne convienne pas au chat. Lorsque plusieurs chats sont présents dans la maison, il est conseillé d’avoir une litière par animal, afin d’éviter la concurrence pour l’accès à cette ressource et ainsi la malpropreté.

Plus rarement, on peut observer de la malpropreté par élimination fécale, se traduisant par des selles déposées à côté de la litière. Les problèmes majeurs dans ce cas sont un bac de litière trop petit ou une litière insuffisamment propre. Il faut donc opter pour un bac plus grand ou un nettoyage plus fréquent et consciencieux de la litière.