SantéSoin et entretien
07.06.2020

Mon chien boite, pourquoi ?

Les boiteries sont des affections très fréquentes chez les carnivores domestiques, en particulier chez les chiens, et représentent parfois un enjeu financier important. Il est donc primordial de prendre en charge un tel problème le plus précocement possible afin d’éviter toutes complications.

Quelles sont les causes d’une boiterie ?

Tout d’abord, une boiterie n’est pas une pathologie en soi mais seulement un symptôme, témoignant d’un problème sous-jacent. Une boiterie est toujours une affection douloureuse : pour soulager son membre atteint, le chien se mettra à boiter dans le but de reporter son poids sur les membres sains.

Les causes de boiteries sont extrêmement variées. Elles peuvent être dues à un traumatisme, lors d’un accident de la voie publique par exemple, pouvant aboutir à des fractures, à la rupture du ligament croisé du genou, ou à des entorses. Les traumatismes peuvent également être plus discrets, lors de blessure profonde du coussinet ou de présence d’un corps étranger par exemple. D’autres causes, non traumatiques, sont également possibles. On peut penser à de l’arthrose sur un vieux chien, à une dysplasie du coude, une ostéochondrite disséquante ou une panostéite sur un jeune chien de grande race, à une dysplasie de la hanche sur un jeune adulte de grand gabarit ou encore à une nécrose de la tête fémorale sur les chiens de petite race. Plus rarement, des boiteries peuvent être provoquées par des infections osseuses et articulaires, des contractures musculaires ou des tumeurs.

Comment reconnaître une boiterie ?

Une boiterie peut s’exprimer sous différentes formes. Elle peut apparaître de manière brutale, suite à un traumatisme par exemple, et sera ainsi qualifiée de boiterie aiguë. A contrario, elle peut s’installer progressivement et évoluer sur plusieurs semaines ou mois, et sera, dans ce cas, qualifiée de chronique. La boiterie peut toucher une ou plusieurs pattes, simultanément ou successivement.

Lorsqu’un chien boite, il est possible d’observer une modification de sa démarche lorsqu’il marche ou court. De plus, il peut laisser sa patte en suspension quelques instants puis la reposer ou ne plus la poser du tout. Dans ce dernier cas, l’atteinte est sévère et il est urgent de consulter un vétérinaire. De manière générale, plus la boiterie est visible, plus l’atteinte est importante.

Il est indispensable de consulter rapidement un vétérinaire lorsque des signes de boiterie sont observés, afin de soulager la douleur du chien et de trouver l’origine de la boiterie.

Comment soigner une boiterie ?

En attendant la consultation le mieux est de mettre son chien au repos en limitant les sorties à des promenades hygiéniques, en laisse. Il est fortement déconseillé d’essayer de soulager la douleur de son chien avec des médicaments sans avis préalable d’un vétérinaire : les médicaments tels que l’aspirine, l’ibuprofène ou le paracétamol sont toxiques pour le chien.

Le traitement et le pronostic dépendent de la cause de la boiterie et de la précocité de la prise en charge. Celle-ci peut être dans certains cas seulement médicale, mais le recours à la chirurgie est souvent nécessaire.