SantéSoin et entretien
07.08.2020

Mon chien perd ses poils, pourquoi ?

Tout propriétaire de chien est confronté, tôt ou tard, à la perte de poils de son animal. La fréquence et l’intensité de cette dernière dépend du chien et de la période de l’année mais d’autres facteurs peuvent entrer en jeu. Il est important de savoir reconnaître une perte de poils physiologique, faisant partie du cycle naturel du pelage d’un chien, d’une perte de poils pathologique appelée alopécie.

Cycle du poil et mue

Les poils constituent une barrière physique et chimique avec le milieu extérieur et sont donc indispensables dans le maintien de la santé du chien. La croissance et le renouvellement des poils s’effectuent selon trois phases : une phase de croissance, une phase de repos puis une phase de renouvellement pendant laquelle les poils morts tombent, laissant place à de nouveaux poils. Cette dernière phase peut être très impressionnante chez certains chiens, comme les nordiques, lors de phénomènes appelés les mues. Ces dernières permettent au chien de renouveler son poil au printemps et à l’automne, afin d’avoir un pelage plus léger en été et plus épais en hiver. Un brossage quotidien est indispensable lors de cette période, qui dure en moyenne trois semaines, afin d’aider à l’élimination des poils morts. Au contraire, certains chiens frisés, comme les caniches, ont une pousse de poil si longue et une mue si discrète qu’ils donnent l’impression de ne jamais perdre leurs poils.

Les affections alopéciantes

L’alopécie peut avoir des causes variées, et peut être directement due à une maladie touchant la croissance des poils, ou indirectement due au grattage et léchage provoqué par une affection cutanée. Les causes les plus fréquemment rencontrées lors de perte de poils sont les infestations par des parasites tels que les acariens, les puces et les poux. Ces derniers provoquent une démangeaison parfois très intense et entraînent ainsi une alopécie majoritairement autour du cou et de la queue. Les mycoses, comme les teignes par exemples, sont également très courantes et contagieuses et provoquent des lésions rondes dépilées. Les allergies, telle que la dermatite atopique canine ou les allergies alimentaires sont également des causes courantes de perte de poils. Elles se compliquent souvent d’une otite externe. Certaines carences nutritionnelles peuvent participer à la fragilisation des poils, qui deviennent cassants et dont la croissance est ralentie. Le pelage du chien apparaît donc terne, rêche et semble en mauvais état. D’autres causes peuvent provoquer des alopécies, comme la maladie de Cushing, l’hypothyroïdie, certaines maladies transmissibles génétiquement, des maladies auto-immunes, des tumeurs etc. Dans tous les cas, il est indispensable de consulter un vétérinaire qui pourra effectuer un examen clinique complet ainsi que les examens complémentaires adaptés.

Prévention de la perte de poils

Afin de prévenir les problèmes cutanés, il est important d’apporter une alimentation de qualité, riche en omégas 3. Il est également possible de complémenter la ration de son chien avec de l’huile de saumon. Un brossage régulier et de qualité est également indispensable pour garantir une bonne hygiène cutanée à son animal. Il permet également de prendre le temps d’inspecter la peau et les poils de son chien régulièrement. Les traitements antiparasitaires sont fortement recommandés afin de prévenir l’infestation par des agents indésirables. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire à ce sujet !